BRUCE DITMAS : Et si

Catalogue# 7710072

UPC# 782737100726

Bruce Ditmas : Tambours;

John Abercrombie : guitares;

Paul Bley : Piano et synthétiseurs ;

Dominique Richards : Basse;

Sam Rivers : Saxophone ténor et saxophone soprano

 

Écoutez sur votre service de streaming préféré.

ECOUTE MAINTENANT ACHETER SUR BANDCAMP

4 étoiles ! … de la musique saisissante et colorée.” – Magazine Downbeat

Sur cet album Cartes postales, « Bruce Ditmas : Et si ? », le batteur de jazz Bruce Ditmas a (aussi des génies aussi divers que Gil Evans, le Frères Brecker, Paul Bley, Pat Metheny, et Barbara Streisand peut en témoigner) "temps en direct": vous ne pouvez pas rester immobile quand il joue de la batterie. Ses débuts en tant que leader, cet album présente le batteur acclamé aux côtés de John Abercrombie (guitare), Paul Bley (piano/synthé), Dominique Richards (basse), et Rivières Sam (saxophone), créer une musique à la fois tournée vers l'avenir et respectueuse de toutes les époques du Jazz.

4,5 étoiles ! Un disque monstre… …une musique stimulante, ouverte mais bien pensée.” – Buffalo Nouvelles

Que ce soit en jouant derrière Judy Guirlande, aux côtés de Jacques Pastorius, ou orchestrer la musique au Opéra de Patricia Burgess"Le rêve des quatre directions", Bruce Ditmas crée à la fois des rythmes électrisants et entraînants, ainsi que des compositions imaginatives et cérébrales. Sur cet album passionnant de la Etiquette de cartes postales, « Bruce Ditmas : Et si ? », le batteur de jazz et son groupe de sidemen accomplis se balancent comme des fous tout au long du parcours et visitent des panoramas musicaux extraordinairement fascinants et vivants.

Le batteur Bruce Ditmas se demandait "Et qu'est-ce qui se passerait si"? Et qu'est-ce qui se passerait si il pourrait rassembler un groupe stellaire de joueurs - comme le guitariste John Abercrombie, pianiste Paul Bley, saxophoniste Rivières Sam, et bassiste Dominique Richards? Et qu'est-ce qui se passerait si il pourrait faire un album de musique d'improvisation agressive sans compromis qui représenterait parfaitement son approche moderne de la musique et de la batterie ?

Il l'a découvert lorsqu'il a réuni ces mêmes musiciens aux Electric Lady Studios de New York pour enregistrer "Et qu'est-ce qui se passerait si", publié sur le label Postcards. « L'idée derrière « Et si » était le potentiel de découvrir l'inconnu », dit Ditmas. « Je voulais mettre en place des situations mettant en scène tous les talents de ces musiciens. J'ai juste pris pour acquis que la musique arriverait à cause des gens que je réunissais, et je n'ai pas été déçu. Ces gars étaient fabuleux et leurs improvisations étaient incroyables.

Paul Bley était le claviériste de premier choix de Ditmas pour l'album. « Nous avons fait un disque ensemble dans les années 70 avec Jaco Pastorius et Pat Metheny, et c'était tellement génial, " dit Ditmas. «Je le voulais donc pour la base harmonique unique qu'il fournirait. Et je devais avoir John Abercrombie car c'est le seul guitariste à avoir le concept rythmique dont j'avais besoin. Dès que mon producteur, Ralph Simon, suggéré Rivières Sam, je savais qu'il était le corniste parfait. Et j'ai travaillé avec Dominique Richards pendant un certain temps maintenant. Il a beaucoup de racines et c'est un très bon auditeur.

Ditmas tient le tout ensemble, qui intègre beaucoup de tambours, par opposition aux cymbales, dans son chronométrage. « J'aime considérer l'ensemble de la batterie comme une couleur fonctionnelle », dit Ditmas. "Je pense qu'il y a aussi une petite influence rock là-dedans, en termes de style in-your-face de vraiment jouer de la batterie en amont."

Sélection de chanson :

1. Île Sept Bruce Ditmas 10:11
2. Et si Bruce Ditmas 10:21
3. Conversation intelligente Bruce Ditmas et Paul Bley 7:52
4. 3348 Grand Facile :
A. Sommeil bleu profond
B. Spécial du jeudi soir
C. Voodoo Street Beat
Bruce Ditmas 3:18
7:18
4:09
5. Pâte Bruce Ditmas et John Abercrombie 8:00
6. Surtension Bruce Ditmas et Sam Rivers 3:46
7. Ne me réveille pas Bruce Ditmas 4:52

Bruce Ditmas : Tambours
John Abercrombie : Guitares
Paul Bley : Piano et synthétiseurs
Dominique Richards : Basse
Sam Rivers : Saxophone ténor et saxophone soprano

Produit par: Ralph Simon
Producteur exécutif : Sibylle R. Golden
Temps total: 59:47 minutes

Ce que disent les critiques :

4 ½ étoiles.

La liste de souhaits du batteur Bruce Ditmas se concrétise sur la sortie de 1995 Postcards intitulée, "Et qu'est-ce qui se passerait si". Parmi la récolte remarquable de rééditions d'Arkadia Records, qui possède désormais le catalogue Postcards, se trouve ce travail époustouflant mettant en vedette un who's who de stylistes de jazz moderne tels que le pianiste Paul Bley, le bassiste Dominic Richards, le saxophoniste Sam Rivers et le guitariste John Abercrombie. Selon les paquebots, Ditmas a remis à Postcards quelque chose de similaire à une liste de souhaits de Noël alors qu'ils procédaient à la collecte de ces musiciens de jazz accomplis et très influents.

Au "Et qu'est-ce qui se passerait si" Ditmas coupe et brûle tout en offrant un son tonitruant et résonnant alors qu'il fournit l'intro tonitruante au pianiste Paul Bley sur l'ouverture, "Island Seven". Ici et tout au long, Ditmas engage des polyrythmies complexes sans effort car il fournit l'énorme impulsion derrière l'attaque angulaire et quelque peu féroce d'Abercrombie, qui ravive les souvenirs de sa sortie ECM désormais classique, "Timeless".

La chanson titre, "Et qu'est-ce qui se passerait si" est chargé électriquement et avance à un rythme fébrile alors que le travail nerveux et explosif du saxophone ténor du grand Sam Rivers, ainsi que les rythmes puissants et l'interaction turbo entre les membres du groupe offrent quelque chose qui frise la fusion et le jazz moderne. Paul Bley s'étire de façon élégante sur « Clever Conversations » tandis que Ditmas et Richards usent d'un assaut rythmique implacable. L'intensité pure fournie par la signature d'Abercrombie et les stylisations de guitare quelque peu maniaques ainsi que l'assaut rythmique musculaire sont des facteurs répandus sur le brûleur de grange intitulé «Pulp». Sur "Power Surge", la chaleur continue tandis que "Don't Wake Up" est éthéré et rêveur grâce aux articulations colorées et texturales de Bley sur synthétiseur ainsi qu'à son travail de piano acoustique pensif ou quelque peu funèbre. Une finale appropriée à une affaire inflexible et explosive!

Lors de sa sortie originale, "Et qu'est-ce qui se passerait si" a reçu des éloges et des éloges de la critique et à juste titre, car il devient assez évident dès le début que Ditmas était prêt pour cette date. "Et qu'est-ce qui se passerait si" offre un pot-pourri de modern/free-jazz, de fusion et s'envole dans la stratosphère vers une destination inconnue, car les hommes ne connaissent qu'un seul chemin, qui est droit devant sans regarder en arrière. – Glen Astarita, AllAboutJazz

Bruce Ditmas :

Ditmas a travaillé dans divers contextes au cours de sa carrière de 30 ans, qui a commencé à l'âge de 18 ans lorsqu'il a soutenu Judy Guirlande. Il était membre du Orchestre de Gil Evans depuis plusieurs années, et apparaît sur plusieurs albums d'Evans, et il a également travaillé et/ou enregistré avec Lee Konitz, David Sanborn, les Frères Brecker, Steve Kuhn, et Stan Getz. Ses crédits commerciaux incluent des travaux avec Barbra Streisand, le Merv Griffin Show, et les orchestres de fosse de Broadway.

Bruce Ditmas (né le 12 décembre 1946) est un batteur et percussionniste de jazz américain. Ditmas est né à Atlantic City mais a grandi à Miami ; son père était trompettiste dans les big bands de Miami. Il a étudié avec Tony Crisetello puis avec Stan Kenton à l'Université d'Indiana et à l'Université d'État du Michigan au début des années 1960.

Après un passage avec Ira Sullivan (1962-1964), il a accompagné des chanteurs comme Judy Garland, Barbra Streisand, Della Reese, Leslie Uggams et Sheila Jordan entre 1964 et 1970. Il a déménagé à New York en 1966.

Dans les années 1970, Ditmas a joué à Broadway « Promesses, promesses »… puis avec Joe Newman (1971), Jazz Interactions Orchestra (1971), Gil Evans (1971–77), Enrico Rava (à partir de 1971), Stardrive, Atmospheres, Future Shock (1972), New Wilderness Preservation Band (1972–73) , Paul Bley, Lee Konitz, Jaco Pastorius Pat Metheny, Chet Baker (1974-1975) et Stan Getz (1975).

Plus tard dans les années 1970, il s'est concentré sur la performance en solo, y compris des expériences avec des boîtes à rythmes. Il est retourné travailler avec l'Evans Orchestra de 1979 à 1985 et a vécu en Italie en 1986-1987, où il a joué avec Dino Saluzzi, Rava, Rita Marcotulli et Pietro Tonolo. Il a joué avec son propre trio D3 avec Jack DeSalvo et Tony DeCicco à partir de 1988. D3 a sorti Spontaneous Combustion sur le label Tutu.

Dans les années 1990, il a joué entre autres avec Pat Hall et Karl Berger. D3 a été réformé en 2008 et se produit actuellement sous le nom de D3 Standards Trio. En 1990, Ditmas orchestre la musique d'un opéra de Patricia Burgess, "Le rêve des quatre directions". Il a également composé abondamment pour le cinéma et la télévision ; parmi ses crédits se trouve le film, « Paysage de la mort ».

fr_FRFrench
Arkadia Records Logo popup

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières sorties, listes de lecture et contenu vidéo Jazz exclusif. Pas de spam, juste des exclusivités Jazz de notre catalogue.

Vous vous êtes enregistré avec succès!