DAVID LIEBMAN joue Puccini : Une promenade dans les nuages

Catalogue# 71044

UPC# 602267104424

David Liebman : saxophonistes ; Phil Woods : sax alto et clarinette ;

Vic Juris : Guitare; Matt Wilson : Tambours;

Phil Markowitz : Claviers ; Tony Marino : Basse;

Heaume de Lenora Zenzalai : voix ; Jamey Haddad : Percussion;

Sizao Machado : Percussion; Dane Richeson : Percussion;

Caris Visentin : Hautbois; Larry Fisher : Basson; Nancy Hambleton-Torrente : Violoncelle

 

Écoutez sur votre service de streaming préféré.

ECOUTE MAINTENANT

Le virtuose du saxophone jazz David Liebman (un ancien membre du groupe de Miles Davis), nominé aux Grammy Awards, avec des amis spéciaux Phil Woods, Vic Juris, Lenora Zenzalai Helm et d'autres, prennent certains des plus grands airs du compositeur d'opéra italien Giacomo Puccini (1858-1924 ) et les réinterpréter dans l'idiome Jazz sur cet album unique d'Arkadia Records. Intitulé « David Liebman joue Puccini : Une promenade dans les nuages », l'enregistrement contient des airs de "Madame Papillon", "La Bohème", « Turandot », et "Tosca", entre autres.

… Jazz passionné et rythmiquement intéressant appartenant à l'un des musiciens les plus aventureux d'Amérique. Les rythmes intéressants sont aussi synonymes des enregistrements de Liebman que son nom l'est du saxophone soprano… Liebman est un grand joueur et conceptualiste dont le travail mérite toujours d'être entendu… tout auditeur peut être reconnaissant du temps passé si proche de quelqu'un qui a vécu son amour de la musique si fidèlement.” – Jazz Steps Magazine

La combinaison d'airs d'opéra interprétés dans le langage fluide du jazz est une réalisation musicale nouvelle et ambitieuse. La légende du saxophone Dave Liebman crée un album texturé qui satisfait le fan de jazz tout en s'adressant aux amateurs d'opéra, qui trouveront cet album comme une réinvention rafraîchissante et innovante de leurs classiques italiens. Cette fusion impressionnante de compositions de Puccini et de l'art jazz décomplexé de Liebman se fond dans un album réfléchi et émouvant. « David Liebman joue Puccini : Une promenade dans les nuages » satisfera les amateurs ouverts d'esprit des deux traditions musicales.

Sélection de chanson :

  1. Opéra: la Bohème
    Aria: Quando M'en Vo (Valse de Musetta) – 5:58
  2. Opéra: Tosca
    Aria: Come E Lunga L'Attesa (Combien de temps d'attente) - 6:21
  3. Opéra: Turandot
    Aria: Nessum Dorma (Aucun ne dort) – 4:37
  4. Opéra: Tosca
    Aria: E Luce Van Le Stelle (Les étoiles brillaient) – 7:36
  5. Opéra: Tosca
    Aria: Tre Sbirri (Trois Agents) – 8:09
  6. Opéra: Gianni Schicci
    Aria: O Mio Babbino Caro (Oh, mon papa bien-aimé) – 3:25
  7. Opéra: Turandot
    Aria: À Questa Reggia (à l'intérieur de cet endroit) – 5:47
  8. Opéra: Madame Papillon
    Aria: Un Bel Di, Vedremo (Un beau jour, il viendra) – 5:21
  9. Opéra: Madame Papillon
    Aria: Vogliamenti Bene (Aimez-moi, s'il vous plaît) – 6:32
  10. Opéra: Madame Papillon
    Aria: Ancora Un Passo (Un pas de plus) – 5:52
  11. Opéra: Tosca
    Aria: Vissi D'Arte (J'ai vécu pour la musique et l'amour) – 5:25

David Liebman : Saxophone
Phil Woods : Saxophone alto et clarinette
Vic Juris : Guitare
Phil Markowitz : Claviers
Tony Marino : Basse
Matt Wilson : Tambours
Heaume de Lenora Zenzalai : Voix
Jamey Haddad : Percussion
Dane Richeson : Percussion
Nancy Hambleton-Torrente : Violoncelle
Caris Visentin : Hautbois
Larry Fisher : Basson
Sizao Machado : Percussion

Produit par: Bob Karcy
Temps total: 67:21

Washington Post critique : Section Arts

« David Liebman : Liebman joue Puccini – Une promenade dans les nuages » – Par Steve Futterman

« Il y a tout un monde de musique qui attend d'être transformé en chanson personnelle par des interprètes volontaires, mais à en juger par le répertoire de base du jazz grand public, vous ne le saurez peut-être jamais. Si la pénurie de compositeurs de jazz contemporains vraiment distinctifs est un grognement banal, la dépendance à l'égard de standards populaires composés des années 30 à la fin des années 50 - le soi-disant âge d'or de la composition de chansons américaines - peut devenir tout aussi ennuyeuse.

La musique de Berlin, Porter, Arlen et d'une foule d'autres sommités est-elle aussi magnifique aujourd'hui qu'à l'époque où elle était écrite, et offre-t-elle toujours un cadre aussi solide pour improviser ? Pas de question. Mais le répertoire pouvait désormais utiliser une dose de sang frais et revivifiant, juste par souci de variété. Et les ressources peuvent être trouvées presque partout.

Ce qui nous amène à Dave Liebman. Sur deux enregistrements récents, « Le Jobim inconnu » et "« Liebman Plays Puccini : A Walk in the Clouds », le saxophoniste plonge tête la première dans un bassin profond de mélodies somptueuses fournies par deux brillants compositeurs, dont le seul lien apparent est les intérêts musicaux de grande envergure de Liebman.

Mieux connu pour son travail au début des années 1970 avec Miles Davis, Liebman a depuis passé son temps à se tailler une carrière qui définit l'imprévisibilité. Ses enregistrements provocateurs ont pris plusieurs directions, incorporant les fascinations reconnues de Liebman pour les mondes du jazz, du rock, de la musique ethnique et classique contemporaine. Ce qui lie ces nombreux albums - et Liebman n'est rien sinon prolifique - c'est son jeu de classe mondiale. Se concentrant à un moment donné exclusivement sur le saxophone soprano, Liebman est, heureusement, depuis revenu au saxophone ténor. Il obtient un son voluptueux des deux cors et parle dans un dialecte stylistique qui s'inspire du jazz moderne dans toutes ses permutations tout en conservant sa propre personnalité inébranlable.

Le matériel de Giacomo Puccini est tiré d'airs d'opéras classiques comme "Tosca", "La Bohème", et « Turandot ». La musique est bien sûr radicalement transformée, mais la grâce intemporelle des mélodies est toujours respectée et communiquée avec un amour non dissimulé. Des airs époustouflants tels que "Vissi d'art" n'ont peut-être pas encore leur place dans le répertoire jazz, mais Liebman prouve plus qu'ils méritent d'être là.

À propos de Dave Liebman :

Adolescent, lorsqu'il a vu (et entendu) pour la première fois John Coltrane jouer au célèbre Birdland Club de New York, David Liebman est immédiatement tombé amoureux du jazz. Virtuose du saxophone soprano et compositeur novateur, l'attachement de Lieb au jazz a toujours été plus que musical. L'esprit derrière la musique et la communauté de musiciens et d'auditeurs font partie de sa vie dans le jazz.

Le commencement avec Elvin Jones et Miles Davis :

Né à Brooklyn, NY en 1946, Liebman a grandi en jouant une variété d'instruments et en étudiant le jazz avec Lennie Tristano, Joe Allard et Charles Lloyd. Juste après avoir obtenu un diplôme en histoire américaine de la NYU, il a aidé à fonder Free Life Communication, une coopérative de musiciens de jazz. Il a également rejoint Dix roues motrices en 1970, l'un des premiers groupes de jazz fusion/rock. Après environ deux ans avec eux, il passe au poste de saxophone/flûte dans le groupe du légendaire batteur Coltrane, Elvin Jones. En 1973, son apprentissage atteint son apogée lorsque Miles Davis l'invite à rejoindre son groupe.

Les groupes musicaux de Liebman :

Sa tête bouillonnant constamment de nouvelles idées, Lieb a dirigé un certain nombre de groupes, jouant dans une variété de styles. Son premier groupe, qu'il a formé avec Bob Moses en 1970, s'appelait Trio à ciel ouvert. En 1973, avec le pianiste Richard Beirach, il forme Ferme d'observation, qui a fait le tour du monde, a enregistré plusieurs records et a décroché la première place en Down Beat's 1976 Sondage de la critique internationale dans la catégorie Groupe le plus méritant d'une plus large reconnaissance. En 1981, avec Beirach, George Mraz et Al Foster, il forme un groupe appelé Quête. Quest a atteint son apogée entre 1984 et 1991, après l'arrivée du bassiste Ron McClure et du batteur Billy Hart.

Quand on parle de Dave Liebman, il est impossible de passer sous silence son fidèle compagnon et l'instrument de sa passion : le saxophone soprano. Bien qu'il ait commencé sa carrière en jouant toutes sortes de cors, il décide à la fin des années 70 de se consacrer exclusivement au saxophone soprano. Les critiques et les fans l'ont toujours classé parmi les cinq meilleurs saxophonistes soprano au monde. Un certain nombre d'orchestres et d'ensembles de chambre européens, avec lesquels il a joué et enregistré, ont commandé des œuvres spécialement conçues pour capturer une marque unique de jeu.

Éducateur et clinicien :

L'engagement total de Lieb envers le jazz se manifeste dans la création en 1989 de l'Association internationale des éducateurs de jazz (IAJE), une organisation avec des membres dans 40 pays différents dédiée à la mise en relation des professeurs de jazz avec les étudiants. Sa propre érudition et ses talents d'enseignant l'ont rendu très demandé dans les ateliers et les cliniques du monde entier. Régulièrement, le National Endowment for the Arts (NEA), qui lui a décerné des bourses de composition et d'interprétation, attribue des bourses aux musiciens qui souhaitent étudier avec lui.

Enregistrements avec Arkadia Records :

Et pourtant, malgré tous ses efforts organisationnels et pédagogiques, le premier amour de Lieb reste la musique elle-même. Il avait enregistré des dizaines d'albums sous son propre nom et était un sideman vedette sur près de 200 autres. Signalant son intention de concentrer ses énergies sur la création musicale, il a signé un accord d'enregistrement exclusif avec le New York's Arkadia Jazz, enregistrant quatre albums très acclamés et apparaissant sur plusieurs autres. Avec le célèbre Groupe David Liebman, il a enregistré l'album « Nouvelle vue », qui est sorti au début de 1997. D'autres albums que Liebman a enregistrés pour Arkadia Records sont un enregistrement du chef-d'œuvre éthéré de John Coltrane, « Suite de méditation », un projet commun avec le guitariste Pat Metheny intitulé « Les éléments : l'eau » et « Dave Liebman joue Puccini : Une promenade dans les nuages ». Liebman a reçu une nomination aux Grammy Awards pour sa performance de "Mes choses préférées" sur l'album, « Arkadia Jazz All-Stars : Merci, John (Notre hommage à John Coltrane) ».

En 2011, Dave Liebman a été honoré en tant que maître du jazz du National Endowment for the Arts (NEA). L'un des citoyens les plus innovants et les plus dévoués du monde du jazz, Liebman n'a pas à lutter contre la tentation de se reposer sur ses lauriers, l'idée ne lui est jamais venue.

fr_FRFrench
Arkadia Records Logo popup

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières sorties, listes de lecture et contenu vidéo Jazz exclusif. Pas de spam, juste des exclusivités Jazz de notre catalogue.

Vous vous êtes enregistré avec succès!