GARY PEACOCK & Bill FRISELL : Just So Happens

Catalogue# 7710052

UPC# 782737100528

 

Gary Paon : Basse;

Bill Frisell : Guitares

 

Écoutez sur votre service de streaming préféré.

ECOUTE MAINTENANT

…un duo captivant… …pour sa richesse d'empathie surnaturelle, ses doses généreuses de prise de chance et sa musicalité brute, « Just So Happens » est l'un des meilleurs albums de jazz de l'année.” – Jazziz

Associant deux légendes du Jazz et de la musique, cet album de Cartes Postales, "Gary Peacock & Bill Frisell: Just So Happens", présente la combinaison fascinante du célèbre bassiste Gary Peacock avec le gourou éclectique de la guitare Bill Frisell. Ensemble, le duo construit des compositions originales, joue une version poignante et touchante de "Bonjour chagrin d'amour", et surprennent l'auditeur avec leurs interprétations fraîches de deux airs traditionnels américains, « Maison sur la plage » et « Vallée de la rivière Rouge ». "Juste comme ça arrive" présente également Peacock jouant de la basse à archet pour la première fois sur un enregistrement depuis son travail avec Albert Ayler dans les années 1960.Gary Peacock bass GOODBill Frisell Live

4 ÉTOILES ! … Peacock offre une performance magistrale, toujours musicale, et son ton chaud et boisé [est enregistré] avec une présence et une profondeur exceptionnelles.” – Down Beat Magazine

L'un des bassistes les plus mélodiques du jazz, Gary Peacock est devenu une figure renommée du jazz en interprétant ses sons de basse audacieux, chauds mais puissants, fluides mais pensifs aux côtés de musiciens de renom tels que Bill Evans, Miles Davis, Ornette Coleman, et Keith Jarrett. Son collaborateur pour cette expédition musicale est le célèbre guitariste Bill Frisell. Qu'il s'agisse d'interpréter des standards de jazz classiques avec Elvis Costello ou des réflexions et des abstractions ambiantes aux côtés de John Zorn, le style de Bill Frisell est incontrôlable. Sa technique impressionnante et sa capacité à contrôler les timbres et les harmoniques de son instrument créent un son étonnamment original qui transcende les contraintes de style, rendant les résonances de sa guitare reconnaissables qu'il joue de la musique Jazz, Folk, World ou Rock.

Frisell a juste le don de faire sortir les sons les plus invitants de l'instrument et les compétences de composition pour les mettre dans le bon ordre. Combinez une jeunesse du Colorado adonnée à la soul et au C&W avec une solide formation en jazz, encouragée par une résidence d'une décennie au cœur de l'avant-scène new-yorkaise, multipliée par un facteur amusant de X (il a composé les films de Buster Keaton) et vous avez un recette sacrément proche de la perfection." - Le miroir

Pour ce CD Cartes postales, "Gary Peacock & Bill Frisell: Just So Happens", Bill Frisell, qui joue à la fois de la guitare acoustique et électrique sur l'enregistrement, et le géant de la basse Gary Peacock créent un album imaginatif qui, tout en respectant et reflétant l'influence du jazz, construit également une nouvelle musique qui dépasse ses frontières traditionnelles. Bref, l'enregistrement est une collaboration magique entre deux artistes époustouflants.

Sélection de chanson :

1. Seulement maintenant Gary Peacock/Bill Frisell 4:40
2. Dans le Po parcouru Gary Peacock/Bill Frisell 6:14
3. Rêve Wapitis Gary Peacock/Bill Frisell 3:21
4. Accueil sur le Range I Traditionnel 3:30
5. Accueil sur le Range II Traditionnel 5:05
6. À travers une lucarne Gary Peacock/Bill Frisell 2:53
7. Vallée de la rivière Rouge (Bass Solo) Traditionnel 3:01
8. Réciprocité Gary Paon 4:34
9. Bonjour, chagrin d'amour Irene Higginbottom et Erving Drake 5:25
10. NOMB Gary Paon 19:39
11. Juste comme ça arrive Gary Peacock/Bill Frisell 7:54

Gary Paon : Basse
Bill Frisell : Guitares

Produit par: Ralph Simon
Producteur exécutif : Sibylle R. Golden
Temps total: 52:30 minutes

Ce que disent les critiques :

Le jumelage de Bill Frisell et Gary Peacock est un pur délice car leurs carrières respectives dans le jazz et au-delà sont bien documentées. Le ton boisé profond et résonnant de Peacock ainsi que les inventions parfois cosmiques de Frisell fonctionnent extrêmement bien dans ce cadre. Des pièces telles que "Seulement maintenant" et 'En Pô marché' sont des incursions engageantes dans un dialogue inventif, de brèves déclarations déchiquetées et des articulations intelligentes. Le duo donne souvent l'impression de monter un puzzle à partir de zéro ! Leur interprétation du classique américain « Maison sur la plage » est souvent de portée blues, mais avec la technique étonnante et le phrasé grégaire de Frisell, - la mélodie évolue vers un paysage de rêve éthéré. Au "La réciprocité" Peacock affiche sa présence imposante alors que les tapisseries tissées de couleurs tonales de Frisell offrent élégance et contrastent bien avec les déclarations habiles de note unique de Peacock. Frisell prend la guitare acoustique en toute décontraction "Bonjour chagrin d'amour" tandis que l'imagerie vive prévaut sur "Juste comme ça arrive". Tout au long, Frisell et Peacock le mettent en jeu via une élégance simple, une finesse et une improvisation de premier ordre bien que la plupart de ces compositions soient structurées tout en maintenant une ambiance détendue et lâche. conseillé – 3,5 étoiles.

Toutes les versions de « Postcards » offrent une qualité sonore audiophile, car Arkadia cherche à poursuivre la tradition avec de nouvelles versions et des rééditions de catalogues antérieurs telles que "Juste comme ça arrive" et d'autres." – Glenn Astarita, allaboutjazz.com

Depuis plus de dix ans, Bill Frisell est discrètement la voix la plus brillante et la plus unique de la guitare jazz depuis Wes Montgomery. À la lumière de cela, il peut être facile de négliger le fait qu'il est peut-être aussi l'un des compositeurs de musique américaine les plus prometteurs de la scène actuelle.” – Stéréophile

Bill Frisell est le Clark Kent de la guitare électrique. À la voix douce et effacé dans la conversation, il respire apparemment des bouffées de feu brut lorsqu'il attache sa (guitare)… Sa musique n'est pas ce qu'on appelle généralement le jazz, bien qu'elle tourne sur l'improvisation; ce n'est pas du rock'n roll ; et ce n'est certainement pas ce dinosaure fatigué appelé fusion. Dans l'un des plus grands sauts d'imagination depuis les Yardbirds et Jimi Hendrix, Frisell cajole et claque sa hache planante fendue dans les formes des choses à venir… Mais en plus d'être un génie de la guitare, il est devenu un formidable auteur-compositeur. Comme Monk, les idées harmoniques et mélodiques de Frisell forment un maillage succinct et homogène avec des idées sonores et rythmiques extérieures sur sa hache." - Tournoyer

Cette parenté musicale avec Miles Davis a été citée à plusieurs reprises dans la presse musicale, Le new yorker Remarques:

Bill Frisell joue de la guitare comme Miles Davis jouait de la trompette : entre les mains de penseurs aussi radicaux, leurs instruments deviennent simplement des animaux différents. Et, comme Davis, Frisell aime avoir beaucoup d'espace pour les jambes quand il improvise – l'espace qui terrifie les autres accélère son sang. - Le new yorker

À propos de Gary Peacock :

Le bassiste Gary Peacock a joué un rôle majeur dans le développement du jazz d'avant-garde. Il a travaillé avec des gens comme Miles Davis, Bill Evans, Albert Ayler, Don Cherry, Barney Kessel, Don Ellis, Terry Gibbs, Shorty Rogers, le Paul Bley Trio, Jimmy Giuffre, Roland Kirk et Georges Russel, entre autres. Sa production enregistrée est énorme - ECM Records à lui seul répertorie trente CD sur lesquels il figure. Il a collaboré fréquemment avec ralph lauren en duo, et depuis la fin des années 70 a joué et enregistré dans un trio de renommée mondiale avec Keith Jarrett et Jack DeJohnette.

La carrière musicale de Peacock a en effet couvert de nombreux styles musicaux et décennies. Né dans l'Idaho, Peacock est devenu sérieux au sujet de la musique à l'âge de 13 ans, et a joué de la batterie et du piano avant de reconnaître la basse acoustique comme son véritable instrument. Depuis 1957, il a joué et enregistré avec des sommités du jazz « grand public » et « avant-gardiste », dont Art Pepper, Dexter Gordon, Miles Davis, Sonny Rollins, Bill Evans, Albert Ayler, Paul Bley, Jimmy Giuffre, Jan Garbarek, Tony Williams, Wayne Shorter, Keith Jarrett, et Herbie Hancock. Il s'est également aventuré dans la musique du monde, enregistrant avec le guitariste Laurendo Almeida et sitariste Ravi Shankar.

En commençant par le prix "New Star" de Down Beat en 1963, Peacock a reçu une grande reconnaissance critique au fil des ans. Plus récemment, son Trio de normes enregistrements avec Keith Jarrett et Jack DeJohnette ont remporté plusieurs nominations et récompenses aux Grammy Awards en France, au Japon et en Allemagne.

Enseignant, compositeur et interprète, Peacock a développé le programme de théorie musicale et d'harmonie au Cornish College de Seattle. Il propose actuellement des ateliers et des master classes dans le monde entier, dont un projet récent à la Royal Academy of Music de Londres.

À propos de Bill Frisell :

La carrière de Bill Frisell en tant que guitariste et compositeur s'étend sur plus de 40 ans et de nombreux enregistrements célèbres, dont le catalogue a été cité par Downbeat comme « la meilleure sortie enregistrée de la décennie ».

Frisell a eu beaucoup de pratique à mettre un concept élevé dans un ensemble humble. Longtemps salué comme l'un des guitaristes improvisateurs les plus distinctifs et les plus originaux de notre époque, il s'est également taillé la réputation d'établir des liens thématiques avec sa musique… Ce n'est pas pour rien que Jazz at Lincoln Center lui a demandé de programmer une série intitulée Roots of Americana. - New York Times

Reconnu comme l'un des 21 artistes de la scène les plus vitaux et les plus productifs d'Amérique, Frisell a été nommé premier artiste Doris Duke en 2012. Il est également récipiendaire de subventions de United States Artists, Meet the Composer, entre autres. En 2016, il a été bénéficiaire de la première commission FreshGrass Composition pour préserver et soutenir la musique populaire innovante.

Lorsque le San Francisco Jazz a ouvert ses portes en 2013, il a été l'un de leurs directeurs artistiques résidents. Bill fait également l'objet d'un film documentaire de la réalisatrice Emma Franz, intitulé « Bill Frisell : un portrait », qui examine en profondeur son processus créatif.

Au fil des ans, Frisell a contribué au travail de collaborateurs tels que Paul Motian, John Zorn, Elvis Costello, Ginger Baker, The Los Angeles Philharmonic, Suzanne Vega, Loudon Wainwright III, Van Dyke Parks, Vic Chesnutt, Rickie, Lee Jones, Ron Sexsmith, Vinicius Cantuária, Marc Johnson (en « Désirs de basse »), Ronald Shannon Jackson et Melvin Gibbs (en "Outils électroportatifs"), Marianne Faithful, John Scofield, Jan Garbarek, Lyle Mays, Vernon Reid, Julius Hemphill, Paul Bley, Wayne Horvitz, Hal Willner, Robin Holcomb, Rinde Eckert, The Frankfurt Ballet, réalisateur Gus Van Sant, David Sanborn, David Sylvian , Petra Haden et de nombreux autres, dont Bono, Brian Eno, Jon Hassell et Daniel Lanois sur la bande originale du film de Wim Wenders « Hôtel à un million de dollars ».

fr_FRFrench
Arkadia Records Logo popup

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières sorties, listes de lecture et contenu vidéo Jazz exclusif. Pas de spam, juste des exclusivités Jazz de notre catalogue.

Vous vous êtes enregistré avec succès!