REGGIE WORKMAN : Cavernes cérébrales

Catalogue# 7710102

UPC# 782737101020

Reggie Workman : Basse; Geri Allen : Piano;

Al Foster : Tambours; Gerry Hemingway : Tambours;

Prêtre Julien : Trombone; Sam Rivers : Saxophone ténor, saxophone soprano et flûte traversière ;

Élisabeth Panzer : Harpe; Tapan Modak : Tableaux

 

Écoutez sur votre service de streaming préféré.

ECOUTE MAINTENANT ACHETER SUR BANDCAMP

4 étoiles… toute cette équipe de spéléologues creuse là où nous sommes rarement allés auparavant, inondant les chambres obscures de leurs éclairs de brillance. Ce que "Workman" donne vie sur "Cerebral Caverns" est incroyablement rare et récompense une écoute répétée.” – Down Beat MagazineReggie Workman color playing bass grimace GOODGeri Allen playing piano

Incorporant ses influences jazz directes et libres à des sensibilités à la fois classiques et orientales, Reggie Workman, maestro et ancien bassiste de John Coltrane, a franchi une nouvelle étape passionnante au-delà de ses débuts avec Postcards, Conférence au sommet, avec cet album intitulé "Reggie Workman: Cavernes cérébrales". Mettant également en vedette des membres renommés de l'élite du jazz, tels que Al Foster, Julian Priester et Geri Allen, cet enregistrement donne lieu à un album cohérent qui explore avec audace le paysage large et varié du jazz.

… esthétiquement aventureux… … l'instrumentation innovante et la dynamique vive du son enregistré en font un festin de nouvelles couleurs sonores, un frisson d'oreille après l'autre.” – Stéréophile

L'album avance rapidement dans l'avenir musical, vers un mélange enivrant d'instruments de jazz traditionnels combinés à la texture et aux saveurs ajoutées de la harpe, des tablas, des échantillons et de l'électronique. En variant la combinaison des joueurs d'un morceau à l'autre, Workman a produit un kaléidoscope de différentes strates musicales sur cet album, intitulé, "Reggie Workman: Cavernes cérébrales". En utilisant une palette musicale large et imaginative sur cet enregistrement captivant, Workman repousse non seulement les limites du jazz, mais ne manque jamais de capter l'attention de l'auditeur.

Workman, étirant, explorant et expérimentant continuellement, pourrait bien être l'avenir du jazz.» – CMJ

Sélection de chanson :

  1. Cavernes cérébrales I – 7:14
  2. Qu'est-ce que tu as dans la main – 5:02
  3. Avance rapide – 6:40
  4. Ballade Explorations I – 8:44
  5. La moitié de mon âme (Thème de l'amour de Tristan) – 7:01
  6. Persuasion orientale – 5:31
  7. Évolution – 8:25
  8. Éléments saisonniers (Printemps-Été-Automne-Hiver) – 7:28

Reggie Workman : Basse
Geri Allen : Piano
Al Foster : Tambours
Gerry Hemingway : Tambours
Prêtre Julien : Trombone
Sam Rivers : Saxophone ténor, saxophone soprano et flûte traversière
Élisabeth Panzer : Harpe
Tapan Modak : Tableaux

Produit par: Ralph Simon
Producteur exécutif: Sibylle R. Golden
Temps total: 56:05 minutes

Critique et analyse de l'album :

« Un disque, 55 minutes environ. Masterisé numériquement, avec une légère chaleur au son, qui s'accorde parfaitement avec les sons orientaux de certains morceaux.

Le premier morceau est très introspectif. Workman (basse) ne cueille que les bonnes notes, créant ainsi un grave intelligent. Gerry Hemingway (batterie, pads électroniques) remplit très délicatement, sans jamais dominer les autres. Elizabeth Panzer (harpe) cueille quelques tons qui ajoutent une sensation surréaliste à la piste. L'instrument vedette de cette piste est joué par Sam Rivers (flûte), où les notes semblent dégringoler en de courtes rafales rapides, ou individuellement avec un espace laissé entre elles, ce qui reprend la sensation générale de la mélodie pour une finition soignée.

Le deuxième morceau est un trio composé de Workman, Geri Allen (piano) et Hemingway. Il est joué assez librement, mais pas si loin qu'il ne puisse pas être apprécié par l'auditeur de jazz qui découvre cette musique. Le troisième morceau a un rythme sous-jacent insistant, soutenu par la batterie d'Al Foster, ce qui permet à Rivers au saxophone ténor et à Julien Priester (trombone) d'échanger et de fusionner leurs instruments ensemble dans un mode quelque peu atonal. La piste se termine avec Workman venant au premier plan avec juste les bonnes notes pour une fin satisfaisante.

La quatrième piste commence par des échanges de sons entre Priester et Modak, se complétant mutuellement sur leurs instruments respectifs dans un mode d'appel et de réponse. Les tambours d'Hemingway commencent à mi-chemin et sont très subtils. De même la basse de Workman, qui est jouée avec beaucoup de parcimonie. Rivers, au ténor, et Priester interviennent très subtilement. Tout cela est joué sur les tablas de Modak, qui continuent devant. Cette composition est très ouverte et jouée lentement ce qui lui donne un profond sentiment d'introspection. Il se termine sur une note flottante un peu comme toute la piste.

Le cinquième morceau commence avec le piano d'Allen à l'avant dans un tempo moyen à lent. Encore une fois, les notes sont ouvertes avec beaucoup d'espace entre elles. Rivers joue de la belle flûte qui danse au son du piano. La basse de Workman et la batterie de Foster sont très silencieuses, mais forment une bonne toile de fond pour les autres. Les choses s'accélèrent lorsque Priester arrive, jouant dans un mode complémentaire à celui de Rivers. L'ensemble du groupe, y compris la harpe de Panzer, reprend le tempo, puis le ralentit une fois de plus pour plus de flûte de Rivers. La piste s'estompe comme de la fumée dans l'air.

La piste six a la basse pincée de Workman jouant avec la harpe de Panzer. La batterie d'Hemingway est très subtile ici, et ensemble, les deux tissent une couverture sonore très ouverte qui s'aventure définitivement dans une musique apparemment non structurée. Cette piste est un bon exemple de laisser les musiciens jouer apparemment à volonté, mais l'impression est celle d'une musique soigneusement écrite et arrangée, mais laissée ouverte exprès. Ce morceau essaie très fort « d'être quelque chose », mais ne tient pas tout à fait à la hauteur comme les autres au final.

La septième composition a Rivers au saxophone soprano avec la basse de Workman et le piano d'Allen jouant l'un dans l'autre. Les tambours d'Hemingway sont joués pour remplir tous les espaces ouverts. Le piano d'Allen occupe le devant de la scène, sonnant un peu comme Cecil Taylor dans les groupes de tons et de notes. Le soprano de Rivers est ici indubitable, car il joue contre le piano dans une rafale de notes intenses. Tirant grappe après grappe, Rivers occupe le devant de la scène, tout le monde suit son exemple. Ceci est un autre exemple de musique apparemment composée sur place, mais toujours avec un sentiment composé. Aux trois quarts environ, Workman joue de sa basse dans un mode be-bop ambulant très inattendu, pour ensuite la dissoudre dans ce que joue le reste du groupe. La huitième piste finale commence avec Workman inclinant sa basse avec la harpe de Panzer et le piano d'Allen remplissant des taches autour de Workman. C'est un bon endroit pour entendre Allen utiliser le piano comme un véritable instrument à cordes.

C'est un groupe de compositions très bien pensé et joué. Tous les joueurs sont sensibles aux compositions et les uns aux autres. Le mélange des différents acteurs est inspiré. Bien que cela puisse être un peu abstrait pour quelqu'un habitué à écouter du jazz direct, il n'est pas difficile d'entrer dedans si l'auditeur lui donne une chance. Un autre album de Workman, dans le même mode, est « SUMMIT CONFERENCE » (Postcard Records) sur lequel joue Priester et Rivers. Les deux sont recommandés à ceux qui ont un esprit d'écoute aventureux et ouvert, qui pensent que le jazz doit continuer à évoluer. – Stuart Jefferson, Top Contributor : Top 500 Reviewer sur Amazon

«J'aime la façon dont Workman a divisé le groupe en différents arrangements pour chaque pièce, laissant de l'espace pour chacun des joueurs. Le son d'Al Foster est énergique, Geri Allen s'étire comme je ne l'entends pas sur ses propres CD.

Tout est joué par Sam Rivers et Julian Priester sur Fast Forward. La moitié de mon âme est une combinaison de musique orientale et de ballade occidentale. L'ensemble du CD fonctionne bien avec une influence orientale, en particulier la combinaison de la basse, de la harpe, de la flûte et des tablas. – Voix de la vigne

« HALL OF FAME – 5,0 étoiles sur 5,0 – Album exceptionnel : « Cerebral Caverns » est un album exceptionnel réalisé par certains des plus grands noms du jazz des années 60. Le bassiste Reggie Workman, qui s'est fait connaître en tant que membre du quatuor de John Coltrane et en tant qu'accompagnateur sur certains albums classiques de Blue Note des années 60, a réuni un groupe de stars composé de grands joueurs qui se sont fait un nom dans les années 60 - Sam Rivers , Julian Priester et Al Foster – et quelques grands joueurs des années 80 et 90 – Gerry Hemingway et Geri Allen. "Cerebral Caverns" alterne entre des paysages sonores spacieux et teintés du Moyen-Orient comme "Cerebral Caverns", "Ballad Explorations" et "Seasonal Elements", en grande partie grâce à l'inclusion du joueur de tabla Tapan Hudak et de la harpiste Elizabeth Ranzer, et des explorations de jazz moderne comme " Avance rapide", "La moitié de mon âme" et "Evolution". Il est assez rafraîchissant de voir que Workman, qui a contribué à forger le nouveau son dans les années 60 sur les enregistrements phares de Coltrane Village Vanguard, explore toujours l'avenir du jazz près de quarante ans plus tard. -Brad Richman

« 5,0 sur 5 étoiles Magnifique. Un chef-d'œuvre du free jazz avec des artistes de jazz de premier plan des années 60. – Raul Arreola, Mexique

À propos de Reggie Workman :

Reggie Workman est depuis longtemps l'un des bassistes les plus doués techniquement, un joueur brillant dont le style polyvalent s'intègre à la fois dans des environnements hard bop et très avant-gardistes. Il joua très tôt du piano, du tuba et de l'euphonium, mais s'installa à la basse au milieu des années 50.

Après avoir travaillé régulièrement avec Gigi Gryce (1958), Red Garland et Roy Haynes, il était un membre de la Jean Coltrane Quatuor pendant une grande partie de 1961, participant à plusieurs enregistrements importants et apparaissant même avec Coltrane et Eric Dolphy dans une émission de télévision ouest-allemande d'une demi-heure actuellement disponible en vidéo (The Coltrane Legacy).

Après que Jimmy Garrison a pris sa place chez Coltrane, Workman est devenu membre de Les messagers du jazz d'Art Blakey (1962-1964) et faisait partie des groupes de Yusef Lateef (1964-65), Herbie Mann, et Moine Thélonious (1967). Il a enregistré fréquemment dans les années 1960 (y compris de nombreuses dates Blue Note et le classique Four for Trane d'Archie Shepp).

Depuis lors, Workman a été à la fois éducateur (au sein de la faculté d'écoles de musique, dont l'Université du Michigan et la New School de New York) et musicien professionnel, et a joué avec de nombreux musiciens de jazz légendaires, dont Max Roach, Agriculteur d'art, Mal Waldron, David Murray, Sam Rivers et Andrew Hill (Rivers et Hill ont rejoint Workman pour la session de 1993, Conférence au sommet sur les cartes postales).

Dans les années 1980, Workman a commencé à diriger son propre groupe, le Ensemble Reggie Workman. Il entame également une collaboration avec le pianiste Marilyn Crispell qui a duré dans la prochaine décennie (les deux musiciens acclamés se sont réunis pour un festival en 2000).

Au cours des années 90, Workman n'était pas seulement actif avec son propre ensemble, mais aussi dans Trio Three, avec Andrew Cyrille et Oliver Lake, et Grooveship et Extravaganza de Reggie Workman.

En reconnaissance des performances et des enregistrements internationaux de Reggie Workman sur plus de 40 ans, il a été nommé Légende vivante par le Musée historique et culturel afro-américain de sa ville natale de Philadelphie ; il est également récipiendaire du prix Eubie Blake. – Scott Yanow et Joslyn Layne

fr_FRFrench
Arkadia Records Logo popup

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières sorties, listes de lecture et contenu vidéo Jazz exclusif. Pas de spam, juste des exclusivités Jazz de notre catalogue.

Vous vous êtes enregistré avec succès!